Les Changements Climatiques: Tribune Libre COP21

De la hausse des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation,  au blanchiment des récifs coralliens, les signes du changement climatique sont tout autour de nous. En tant que société planétaire, nous sommes à un moment critique où nos décisions et actions aujourd’hui façonneront le climat pour  nos enfants et les générations futures.

Les avantages immédiats de garder les polluants hors de notre environnement sont universels: un air plus propre, des coûts de l’énergie bas, et de nouveaux secteurs de croissance.

Tels sont les enjeux lors de la 21e Conférence des Parties (COP21) à Paris, où les représentants de près de 200 pays sont réunis du 30 Novembre au 11 Décembre à négocier un accord complet sur le climat pour l’après-2020. Maintenant plus que jamais, il y a une volonté sociale et politique de faire quelque chose au sujet de la hausse des températures mondiales et son effet d’entraînement à travers l’environnement. Plus de 160 pays, responsables d’environ 90 pour cent des émissions mondiales, ont annoncé des objectifs climatiques. Auparavant, sous les objectifs de Kyoto,  de tels objectifs étaient annoncés  par les pays  responsables pour seulement 30 pour cent des émissions mondiales en 1997.

Avec des pays comme les États-Unis qui prennent un rôle de leadership et d’autres comme la Chine, l’Inde, et le Brésil qui s’engagent dès maintenant à réduire les émissions, nous avons une chance sérieuse de mettre en place un plan de transformation. Quel rôle la République du Congo peut jouer dans la lutte contre le changement climatique?

Etant donné que le bassin du Congo représente la deuxième plus grande forêt tropicale contiguë après l’Amazonie, les Etats-Unis collabore avec la République du Congo et d’autres partenaires pour protéger ses forêts tropicales et à atténuer le changement climatique. Le programme Regional pour l’environnement en Afrique Central (CARPE) est à la tête d’une variété d’initiatives visant à atteindre trois buts—la formation et le renforcement des institutions, l’amélioration des outils pour surveiller les changements de la couverture forestière, et l’amélioration des pratiques d’utilisation des terres.

Une des plus grandes menaces pour les forêts du Bassin du Congo est le manque des informations adéquates pour surveiller et gérer les ressources forestières. Pour cette raison, les scientifiques congolais ont récemment travaillé avec des experts américains à apprendre les technologies de cartographie à l’Université du Maryland. Ces efforts de collaboration ont produit des analyses les plus modernes de l’évolution des forêts en République du Congo, fournissant des documents clés  pour évaluer les références de base au niveau national des stocks de carbone forestier et les émissions des pays d’Afrique centrale. Cette capacité de surveiller, d’analyser et de diffuser des informations sur l’évolution de la couverture forestière, les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration du carbone aux niveaux local, national et régional permettra élaboration des politiques plus informées et la responsabilité fondée sur les données probantes actuelles. Parmi les partenaires, le Service de forêt du département d’agriculture américain, les partenaires à but non lucratif et homologues congolais. Les cartes résultantes seront présentées à la COP21 à Paris lorsque les spécialistes environnementaux partageront les défis et les opportunités pour combattre le changement climatique en Afrique. L’atténuation des changements climatiques va également conserver les forêts tropicales du Congo et aider à préserver la grande biodiversité de cette écorégion.

CARPE travaille également avec les Congolais pour améliorer les techniques agricoles et planter des d’arbres à croissance rapide pour le charbon. La réduction de la déforestation va également générer des produits forestiers durables et créer des moyens de subsistance alternatifs pour les familles congolaises.

Certaines des solutions aux problèmes environnementaux viennent de l’Afrique et d’ailleurs, comme des cuisinières écologiques. Près de trois milliards de personnes utilisent des poêles inefficaces avec des flammes ouvertes pour cuire leurs aliments. Toutefois, l’exposition à la fumée de ces feux ouverts tue près de deux millions de personnes chaque année. Elle double les risques de pneumonie et provoque aussi la mort prématurée due au cancer du poumon et les maladies cardiaques, qui touchent principalement les femmes et les enfants. Outre les effets néfastes sur la santé, ces poêles brûlent inefficacement et contribuent à la déforestation. Les cuisinières écologiques fournissent une solution à faible coût qui est bon pour la santé et l’environnement. Elles créent de nouveaux emplois et des alternatives d’énergie verte. L’initiative de CARPE et ses partenaires locaux a également commencé ces efforts dans le plateau Batéké au centre du Congo.

Les États-Unis prennent des mesures audacieuses sur le changement climatique au niveau local alors que nous travaillons avec les pays partenaires à faire de même. L’an dernier, les programmes de l’USAID dans le bassin du Congo ont  eu un impact positif sur  plus de 16 millions d’hectares de terres et de forêts. Des calculs préliminaires indiquent que les activités ont réduit les émissions d’environ 14 millions de tonnes de dioxyde de carbone équivalent (CO2e, la «monnaie» de la mesure des émissions). Depuis que le président Obama a pris ses fonctions, les États-Unis ont triplé la production d’énergie éolienne domestique et augmenté l’énergie solaire vingt fois. En conséquence, la consommation d’énergie est plus efficace, et un volume historique de terre et l’eau a été protégée pour les générations futures. À l’avenir, le plan énergie verte permettra de réduire les émissions du secteur de l’énergie des États-Unis de 32 pour cent d’ici 2030.

Avec les dirigeants et des représentants de presque toutes les nations sur la terre à Paris, il est une occasion historique de parvenir à un accord ambitieux et durable sur le climat. Nous avons la volonté politique et un large soutien de la société, mais nous aurons besoin de faire front commun et être pragmatique afin de parvenir à un accord. Pour un ciel lumineux aujourd’hui et un avenir plus sûr, il est maintenant temps d’agir.